Un peu de rose, un peu de vent, un peu de rêves, un peu d'absence, un peu de vous...un peu de moi.

vendredi 26 octobre 2007

Oxygen bottle


-Si tu veux tu cliques-


C’est comme une histoire que l’on raconte à l’enfant avant qu’il ne s’endorme.

Comme des fous rires qui retentissent sur des murs vides.

Le bruit sourd et rassurant du flocon de neige qui échoue dans la paume de la main.

Aussi doux que le bruissement des feuilles de l’arbre sous lequel on aime se reposer.

Une seconde, pas plus.


Un battement de cils, une goutte d’eau qui s’écrase au sol, un coup de vent dans les cheveux.

Il se dessine, doucement…

Une seconde encore,


Le parfum de la boiserie dans le salon, le tapis usé par les années, le cuir d’un fauteuil abîmé.

La main qui effleure la rampe de cet escalier qui grince sous chacun de mes pas.

Le marbre de la cheminée dans la chambre…Là où il y a peu encore on y déposait le nougat pour le tiédir.

Une seconde à nouveau, le goût sucré revient naturellement dans ma bouche.

Il se dessine une nouvelle fois, plus affirmé maintenant.

Même devant cette porte qui se ferme sur un passé qui m’est cher.

Comme l’écureuil qui m’espionne sur sa branche, intrigué.

Comme cette petite fille qui vient de lâcher son ballon rouge et qui le regarde s’envoler dans le ciel.

Comme ce couple sous la pluie qui s’embrasse, s’enlace comme si c’était la première et la dernière fois.

Il suffit d’une seconde d’attention pour que le sourire se dessine inconsciemment sur chacun de nous.


Un sourire mélancolique souvent, un sourire amusé parfois, un sourire désabusé peut être…

Un sourire, comme un masque dont on se coiffe pour faire face à la vie.

Un sourire contre une histoire avant de dormir,

Un sourire contre un peu de neige dans la main,

Un sourire contre le vent qui joue dans les feuilles de notre arbre préféré,

Un sourire contre des souvenirs de la maison de notre enfance que l’on quitte à regrets,

Un sourire contre un ballon qui s’envole dans le bleu du ciel,

Un sourire contre des lèvres qui s’apprivoisent.


Un sourire en échange d’une larme.

Je troque la vie et croque dans la pomme.

2 commentaires:

SAATI N' OUROS a dit…

c'est doux, c'est tendre et ça aide bien à se relaxer avant une journée de boulot ennuyeuse. Merci

copinette a dit…

rah comment merci!!là vraiment je suis fane, celui là doit etre mon preferé!une renaissance!contente de te retrouver!surtout a travers ce texte!